Association Action Femme Enfant

exemple d'un rapport d'une stagiaire américaine (2010)

 

Volontaire de l'université de Minossota aux USA

Les Pratiques Educatifs de Action Femme Enfant et leur Relation avec le Developpement

Par   Olivia Judd

 

 

 

Stage: Action Femme Enfant (AFE)

Pikine, St. Louis, Senegal


Les Pratiques éducatives de Action Femme Enfant et leur relation avec le développement

 

L'Organisation Action Femme Enfant

Action Femme et Enfant (AFE) est une organisation basée dans le quartier de Pikine, à Saint Louis.  Selon leur site web leur mission est :

« La mission générale de l'organisation ACTION FEMME ENFANT , est en s'appuyant sur les idéaux de solidarité, de mettre en oeuvre des actions de développement au profit des couches défavorisées ainsi que du groupe dit vulnérable, notamment la mère et l'enfant.

 

La mission spécifique de l'organisation AFE est, en exploitant les idéaux de solidarité et en partenariat avec les intéressés, apporté aux bénéficiaires de ses œuvres sociales, les conditions de protection et de promotion économique et sociale»

(Site web, Action Femme Enfant : www.action-femme-enfant.org)

 

L'Organisation à son siège à Pikine à la même location que la Maternelle Beatrice Rochet, un bâtiment utilisé par les femmes qui contient les ressources pour les classes de couture et un autre petit bâtiment avec un grand espace dehors où se trouve les cours de soir et des jardins.

Selon le site web, les activités de Action Femme Enfant inclus :

 

Maternelle : 50 enfants de 2 ½ à 5 ans

 

·         4 monitrices dont une stagiaire

·         1 femme de charge

·         3 sections : petite, moyenne et grande.

 

 

Cours d'Appui : 26 enfants maximum, de 7 à 13 ans

 

·         1 éducateur

·         2 assistants

 

 

            Quand j'étais là j'ai trouvé a peu près soixante enfants dans la maternelle et entre douze et vingt élèves dans les cours de soir—l'assistance a changé chaque jour. Les nombres de moniteurs sont tous corrects si on m'inclus et si ils ont me remplacé avec un autre stagiaire et assistant.

 

Méthode Recherche

Le format de mon stage a rendu difficile la possibilité de faire beaucoup des entretiens ; Les parents des élèves n'étaient pas disponible—souvent les enfants était là à cause d'un manque d'intérêt par leur parents en leur éducation, une fille, par exemple, était inscrite  par sa grand-mère après que son mère a oublié de lui inscrire à l'école—et j'ai décidé que comme je suis étranger et je ne parle pas de Wolof, il sera trop difficile de discuter les conditions de pauvreté qui étaient autour de l'école dans un façon respectueux, discrète, et même informatif pour moi.  J'ai parlé avec les autres éducateurs et membres de l'organisation le plus possible et ça m'a aidé mais j'ai eu des difficultés à trouver des réponses directes ou claires, donc j'ai fait le plupart de ma recherche dans la manière de observation participante.   J'ai passé beaucoup de temps à l'école et j'ai participé en enseigner et travailler comme les autres tatas et quand il y avait un cours en Arabe ou en Wolof j'ai les observé pour mieux comprendre les méthodes d'enseignement et discipline.  

Un autre problème pour moi était que la plupart de mes expériences avec l'éducation étaient dans circonstances très diffèrent que ceux à Action Femme Enfant.  J'étais éduqué aux Etats-Unis dans une école privée pour les étudiants doués, donc ma perception du niveau d'éducation et présence des parents dans le salle de classes et très biaisé.  En faisant ce recherche et examinant la maternelle et les cours de soir j'ai essayé de les mettre dans leurs propres contextes et de ne pas faire des comparaisons avec l'école ou j'ai grandi mais c'était difficile.  J'ai essayé de utilisé le peu d'expérience que j'ai gagné en Argentine quand j'ai visité un école élémentaire publique dans un des quartiers plus pauvre à Buenos Aires et un programme après école gouvernemental qui a essayé de donné les enfants qui seront dans la rue un endroit sure pour aller et s'amuser et faire leur devoirs. En fin, la plupart de ma recherche vient d'observation participante, mélangé avec les petits entretiens et discussions que j'ai fait avec les éducateurs et employés de Action Femme Enfant.

            Parce qu'il était difficile pour mois de conduire recherche formel et d'obtenir des chiffres et entretiens j'ai concentré sur l'organisation unique des courses à Action Femme Enfant et je me suis occupée avec chaque façon des cours et le manière dans lequel il relate à développement. Je me suis demandé comment leurs position dans un quartier pauvre d'un pays développant a influencé leur programme, éducation, et attitude vers l'éducation.


 

Constatations

 

Les Grandes et Moyennes Sections de la Maternelle

            Les grandes et moyennes sections sont combiner dans une salle de classe avec une tata et une assistante tata.  Il y a dix-neuf enfants dans la grande section (cinq garçons et quatorze filles) et dix-sept dans la moyenne section.  Au début de mon stage les deux groupes ont fait toutes les mêmes activités, ensemble.  Ça a fait trente élèves des niveaux différents dans la même salle de classe, faisant une seule activité.  Il y était quelques problèmes avec ce système : le manque d'espace, les différences entres niveaux, et l'effectivité des tatas.  

            Le première était simplement un question d'espace : avec trente enfants entre les âges de quatre et six ans ce ne pas une surprise qu'ils préfèrent de gigoter et jouer et parler à faire attention. C'était trop difficile pour les tatas de contrôler les deux groupes et de calmer les enfants quand il n'y a pas assez d'espace.  Le deuxième, plus grand problème était le question de niveau et nombre d'enfants par tata.  Ayant tous les enfants dans la même salle avec les deux tatas (et moi) n'ont pas capitalisé sur l'avantage d'avoir plus qu'une tata.  

L'environnement a causé problèmes de comportement parmi les enfants, ils se sont ennuyés facilement. Il prend plus du temps de demander une question à chaque enfant ou de demander a chaque' un de répéter une phrase ou un concept.  Souvent il n'y avait assez du temps pour le faire, ou, s'il y avait, les autre élèves ont passé beaucoup de temps en attendre leur tour et ils ont arrêté à faire attention.  

            Aussi, dans un groupe de trente il y a toujours des enfants qui sont plus vocaux, et des autres qui sont plus timides ; des élèves qui connais les réponses mais qui ne parle pas, et des autres qui sont sillent parce qu'ils ne comprennent pas l'exercice.  Avec un large groupe c'est extrêmement difficile de distinguer entre les groupes : qui comprend, qui a besoin de pratiquer plus.  De plus, avec le combinaison de la grande section et le moyenne section il y avait des étudiants plus âgés qui ont compris tout de suite et qui ont toujours répondu aux questions fortement, et des autres, plus jeune, qui n'ont rien compris.  Sous le ancien système les enfants avec les difficultés étaient facilement perdus.

Apres la première semaine on a divisé les deux groupes pour la plupart des activités.  Pour l'arabe, chante, langage, poésie, et bonnes habitudes ils sont restés ensemble mais pour logico-maths, graphisme, perceptivo, et pre-lecture la moyenne section et sortie de la salle de classe et les enfants étaient assis sure un tapis pour faire une activité avec moi ou l'autre tata.  Ce système n'était pas une panacée mais il a beaucoup aidé en résoudre les problèmes de comportement et il a donné un opportunité aux tatas de donner plus d'attention à chaque enfant.

Parfois, la grande section avait l'opportunité de faire un activité diffèrent que la moyenne section.  Apres deux semaines, quand ils ont compris les couleurs et les traits que on a leur enseigné (ils ont compris et appris les leçons beaucoup plus rapidement que la moyenne section) ils ont commençait avec pre-lecture, pendant que la moyenne section a continué avec le  graphisme et le perceptivo à un taux plus lente.

De temps en temps on a aussi combiné toutes les trois sections pour faire l'arabe, et pour la chante.  En général ces classes on bien réussit ; l'arabe parce que c'était la première classe de la journée, et les plus petits avaient la chance d'entendre un peu du langage avant qu'ils doivent l'apprendre.  

 

Les Bonnes Habitudes

            Les enfants dans la maternelle sont entre les âges de deux et six ans.  En la moyenne section, le groupe avec qui j'ai travaillé, le plus jeune élève avait quatre ans.  L'école est un endroit ou les enfants passe beaucoup de temps et l'environnement et crucial en développant les habitudes des enfants.  C'est tellement important pour les enfants qui n'ont pas beaucoup de structure, ou qui manquent des opportunités à apprendre les bonnes manières et comportement chez eux. Une partie du programme était des leçons sur les bonnes habitudes—une opportunité à apprendre un peu du langage, comme les salutations en français, mais aussi comment on se comporte en publique et avec les adultes. Nous avons commencé avec les salutations et les monitrices ont aussi renforcé l'importance de santé.  Ceux sont deux topiques très importants pour tous les enfants, mais particulièrement pour lesquels qui n'apprennent pas les bonnes habitudes chez eux.  

 

Les Réunions Hebdomadaires

            Chaque vendredi tous les tatas, le gestionnaire, et autres administrateurs et employés de AFE fait un réunion pour discuter la semaine, parler des problèmes et des réussites et échanger des idées.  Il me semble que les réunions ont beaucoup aider les tatas, et leur donné un opportunité de se réfléchir et apprendre.  Les éducateurs du cours de soir étaient souvent présents mais ils ont contribuée rarement à la discussion.  Je crois que ils peuvent tirer avantage de participer plus dans les réunions parce que les courses de la maternelle sont plus ordonnés et formels que les courses de soir.  

 

La Fête de Tabaski

            J'ai commencé mon stage à la fin d'octobre, quelques semaines avant la fête de Tabaski. Il m'a semblait que les cours dans la maternelle ont bien commencé mais on m'a dit que en faite beaucoup des étudiants n'étaient pas enregistrés à cause du Tabaski. Les cours de soir étaient beaucoup plus désorganise.  La deuxième semaine que j'étais la mon responsable n'est pas venu, ou il est venu plus qu'une heure en retard.  J'ai parlé avec un employé de AFE et elle m'a expliqué que les cours n'avaient pas commencé formellement, que avant Tabaski ils sont flexibles et souvent la fête est un prioritaire plus important que l'école.  

En parlant avec ma mère et avec mes professeurs j'ai appris que ce problème n'est pas unique à mon école.  En général le processus de inscription et commencement de l'école et très lent et souvent même que les courses commencent en octobre ils ne réalisent pas leur propre niveau avant le fin du novembre ou décembre. C'est impossible de bien organiser un salle de classe quand chaque jour il y a des nouveau élèves, ou des élèves qui sont souvent absente à cause des fêtes ou n'importe quel autre raison.  De plus, c'est difficile de suivre un programme effectif quand il ya beaucoup des interrompions—une semaine pour Tabaski, un autre pour les vacances,  plus quelques jours de congés.  Quand école n'est pas le prioritaire, et quand les études sont souvent et facilement interrompu ça retard l'éducation des enfants, mais aussi il leur montre que l'école n'est pas si important.  Dans un pays développant, dans lequel l'éducation et tellement important en construire l'avenir, il faut mettre l'école un prioritaire.  

            C'est claire que l'éducation est important au gouvernement—quarante pourcent du budget national va au secteur éducatif—mais le problème est dans le mentalité du publique.  Même que le gouvernement peut mieux utiliser l'argent qui va aux écoles, il faut aussi que les gens change leur perspectif et met plus d'importance sur l'éducation et l'importance d'un structure régulier et un calendrier formel pour les écoles.

 

 

Le Programme de la Maternelle

 

 

 

           

 

Le programme était divisé en sections de trente minutes, sur un horaire qu'on a suivi assez librement. Quand j'étais là les topiques centraux étaient les traits verticaux et horizontaux ; les couleurs (blanc, noir, bleu, rouge, jaune, et vert) ; les salutations ; et les notions spatiales de en haut et en bas, et l'intérieur et l'extérieur.  Ce programme était très effectif parce qu'il a enseigné des concepts fondamentaux pour langage, maths, et science mais il y a un opportunité de créer des exercices des différents niveaux pour les deux sections ou de combiner les leçons pour la grande section (par exemple : le sac bleu est en haut ou « met quelque chose rouge à l'intérieur du cercle »).


 

Emploi du temps de la Grande Section

Horaires

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

9h30-10h00

Langage

Langage

Langage

Arabe

Arabe

10h00-10h30

Logico-Maths

Logico-Maths

Graphisme

Graphisme

Graphisme

10h30-11h00

Gouter

Gouter

Gouter

Gouter

Gouter

11h00-11h30

Graphisme

Graphisme

Pré lecture

Perceptivo-motricité

Révision Perceptivo

11h30-12h00

Poésie

Comptine

Perceptivo-motricité

Travail Manuel

Révision Logico

12h00-12h30

Bonnes Habitudes

Conte

Chant

Bonnes Habitudes

Animation

12h30-13h00

Descente

Descente

Descente

Descente

Descente

 


Les Evaluations

Apres quelques semaines il est devenu important de voir si les élèves ont bien compris leurs leçons—ils pourraient répondre aux questions dans un grand groupe, mais est-ce qu'ils pourraient le faire tout seul dans un examen ?          

            En faite, c'est difficile d'évaluer beaucoup des enfants qui ne savent pas lire, dans un tout petit espace, mais la tata a leur donné trois petits évaluations :

 

1.      Graphisme : Les traits horizontaux et verticaux

·       « Je trace le trait horizontal » et « je trace le trait vertical »

2.      Logico-Maths : Intérieur ?Extérieur

·       « Appliquer les notions à l'intérieur et à l'extérieur colorie de deux différentes couleur les poissons qui sont à l'intérieur et a l'extérieur »

3.      Perceptivo : Les couleurs

·       « Colorie la balle en vert et la banane en jaune.  Colorie le panier en bleue et les fruits en rouge»

Il n'y avait assez d'espace pour tous les élèves de faire les évaluations au même temps, donc il a pris une semaine pour tous les élèves de passer toutes les évaluations.  Le maximum qui pouvait passer une évaluation à une fois était neuf.  En général ils ont le passer dans la salle de classe, mais un fois quelques étudiants l'ont fait dans la cour.  Je n'ai pas bien compris le utilité des évaluations parce que les tatas ont passé beaucoup de temps en expliquer les activités et en aider les enfants à les bien faire.  C'était nécessaire de expliquer les instructions parce que les enfants ne pouvaient pas les lire, mais en mon avis le but d'une évaluation est de donner les instructions et après laisser les enfants tranquilles pour voir si ils ont compris. Cependant, les tatas s'occupaient en expliquer chaque couleur et comment à faire chaque partie de l'évaluation.  Par exemple, si un élève n'a pas reconnu un couleur ils ont lui dit « celui ci est jaune, utilise ça pour colorie la banane ».  Il me semblais que si on montre, pendant l'évaluation, quel crayon est quel couleur et où est l'intérieur et l'extérieur, c'est un évaluation des capacités de écouter et suivre les directions, et pas de connaissance des couleurs.

Pendant qu'ils ont assisté à l'examen, la moyenne section a fait leurs leçons dans le foyer et le reste de la grande section sont restés dans la salle de classe.  Parfois ils n'avaient pas une activité à faire et ils ont seulement attendu leur tour ; un fois, la tata a leur donné les cahiers d'exercices pour maths et lecture, mais ils n'avaient ni des crayons, ni capacité de lire les instructions.  Ils se sont amusés un peu en regardé les dessins mais ils n'ont rien appris pendant ce temps.  Cependant, la plupart du temps, ils ont fait le pré lecture, un activité académique mais très différent de le système des Etats-Unis, avec qui je suis familière.  

 

Cours de Soir—Divisons du Groupe

 

            Une question que j'ai trouvé dans le cours de soir était la question de division du groupe.  Les cours de soir sont une opportunité pour les élèves de faire des études extra.  A cause de leurs circonstances—tous les élèves des cours de soir étaient des cas dans laquelle Action Femme Enfant a financé leurs éducations—ils étaient à risque d'être  un peu en retard dans leurs études ou d'avoir besoin d'aide extra.  Les cours de soir ne sont pas l'école formelle ; ils sont supplémentaires, donc on peut être plus flexible avec le programme et la structure des classes que dans une école publique.  

            Chaque soir il y avait entre deux et quatre groupes—il dépendait sur le nombre des enseigneurs présent—qui ont fait des activités différents.  Il y avait toujours deux groupes de grammaire français à niveaux différents, et quelquefois un cours de maths et/ou anglais.  Les élèves étaient divisés par leur année à l'école.  Le problème avec ce système était qu'il y avait des étudiants qui étaient avancé pour leur âge, et des autres retardés.  A l'école on ne peut pas rien faire pour rectifier  ce problème : c'est un réalité difficile que dans un salle de classe il seront toujours des niveaux différents et on ne peut pas mélanger les élèves ou les organisé par niveau à une école publique. Cependant, il y a la possibilité dans les cours de soirs de faire attention aux besoins spécifique de chaque élève et de leur mettre dans un groupe à un niveau approprié.  J'ai trouvé deux cas spécifique qui démontre bien l'utilité de organiser les cours e soir par l'aptitude et niveau académique des élèves en lieu de le faire par âge.  


Lundi le 29 November 2010


t            t            t            t

tu          tu    to         to   te

je           je              je               je

tête        tâte        ôte              tata

tête        tâte        ôte              tata

toto       as-tu             ta          tête

toto              tâte        ta           tête

Lecture – La gale

 

Les enfants sont en classe.  Ils suivent la leçon de voca-bulaire. Mais Abdou n'ecoute pas le maître.  A chaque fois que monsieur Sall regarde dans sa direction Abdou arrête de se gratter.  Mais dès que ce dernier lui tourne le dos il reprend de plus belle.


 

 

1.      Les Etudiants Avancés

Dans le groupe non-avancé il y avait des jumeaux qui ont toujours lu facilement et rapidement leurs leçons. (Voyez la leçon d'exemple en haut, à gauche) Il me semblait qu'ils n'apprenaient beaucoup parce qu'ils ont bien connu déjà le matériel.  Un fois j'ai suggéré qu'ils pourraient essayer à faire la leçon avancée.  Ils ont eu un peu de difficulté mais ils ont le fait.   Apres qu'ils ont lu le texte, tous les autres élèves et l'enseigneur ont applaudi.  Il m'a semblé qu'ils ont appris plus en faisant la leçon avancée  et de plus ils étaient très fiers de ce qu'ils ont accompli.  

 

2.      Les Etudiants Retardés et les Etudiants avec Difficultés Scolaires

Il y avait quelques élèves qui ont lutté avec leurs études mais il y avait un en particulier qui était dans le groupe avancé mais qui n'a su pas comment lire et il avait un énormément nombre des difficultés en apprendre et en suivre les leçons—on va s'appeler Samba.  Souvent, l'enseigneur est devenu fâché contre lui—parce qu'il n'a pas bien lit quelque chose ou parce qu'il n'a écrit rien pendant les dictées.  En lisant les lectures il s'est placé proche du tableau noir et il a attendu pour les autres élèves de lui donner les mots pour répéter.  

            Apres quelques semaines j'ai discuté le problème avec l'enseigneur principal et j'ai suggéré de lui donné des activités plus facile parce qu'il était claire que cet étudiant était tellement accablé par les activités avancés et qu'il n'a jamais rien appris parce qu'il n'a pas connu même les principaux basiques, comme l'alphabet. La prochaine classe l'enseigneur a écrit une activité différente pour lui en bas de l'activité pour le reste du group avancé.  Le jour suivant, il a amené un livre spécifiquement pour aider les étudiants en apprendre comment lire.  Cet étudiant a copié les textes et pratiqué l'alphabet avec ce livre, avec réussite. Apres, l'enseigneur a souvent oublié de travailler avec Samba mais quand j'avais l'opportunité j'ai lui mit avec les étudiants non-avancé ou lui aidé en trouver un activité plus facile.  Souvent j'ai trouvé que c'était difficile de changer le système et même que l'enseigneur était d'accord avec mon idée de mettre Samba dans le groupe non-avancé il n'était pas son prioritaire.

            La partie de cette histoire qui m'a impressionné le plus était le change que j'ai vu en Samba quand il avait une activité à faire qu'il a compris.  Au début des cours il était très timide et il ne voulait jamais participé ou parler en classe—probablement parce qu'il avait peur d'être frappé par l'enseigneur.  Apres, quand il avait des activités à son propre niveau il était enthousiaste dans ses études ; il a travaillé dur et quelques fois quand j'ai donné des petits poses aux élèves il a choisi de rester en classe et continuer à étudier.  

 

            Dans les cas de Samba et les jumeaux, et les autres étudiants comme eux, je vois une grande opportunité dans les cours de soir.  Ils pourraient être une place pour les élèves doués de améliorer leurs études.  Au même temps, les élèves qui ont besoin d'aide supplémentaire ou qui ont des difficultés scolaires peuvent se mettre au courant.   


 

Le Lien entre Education et Développement

 

            Les conditions à Action Femme Enfant et la structure de l'école maternelle et les cours de soir sont clairement influencés par les conditions économiques du quartier et leur existence dans un pays développant. Même que le gouvernement Sénégalais réserve quarante pourcent du budget pour l'éducation il n'y a assez pour bien développer les écoles et de plus il n'y a pas un système pour assurer que tous les enfants vont à l'école.  Action Femme Enfant essaye de remplir un manque de ressources éducatives dans son quartier où il y a un vrai besoin des écoles et ressources sociales.  Sans AFE, quarante et un pourcent de leurs étudiants seraient dans la rue, sans éducation.  

            Même que Action Femme Enfant essaye de remplir ce manque d'éducation et ressources causé et exacerbé par le sous-développement, l'organisation soi-même souffre des manques de financement et ressources.  C'est difficile de trouver éducateurs avec expérience, mais parce que la plupart des enfants viennent des circonstances difficiles souvent ils ont besoin de plus d'aide, et des éducateurs plus expériences.  Il prend plus de créativité et du travail d'enseigner dans un petit espace avec beaucoup des élèves et sans beaucoup des ressources que dans une école bien équipé.

            De plus, j'ai trouvé une disparité entre l'emphase sur l'importance de l'éducation et le calendrier flexible et rempli des jours de congés.  L'attitude vers l'éducation était tellement sérieuse.  J'ai trouvé un manque de la créativité dans les exercices et activités que les étudiants ont fait dans la maternelle et les cours de soir.  Personnellement, je préfère un système créatif dans lequel on apprend en jouant et l'école et quelque chose amusant, agréable, et active, particulièrement pour les jeunes enfants de l'âge de la maternelle.  Le créativité et les joues ont existé dans la maternelle à Action Femme Enfant mais plus dans les cours de chante et poésie, et moins dans les autres sujets.  Ils n'ont pas existé de tout dans les cours de soir. Cependant, je comprends que si on veut placer l'emphase sur la structure et le travail, il est logique de faire des exercices du mémorisation et répétition pour démontrer l'importance de concentration et travail dur et aussi que c'est le système par défaut et pour trouver des nouveaux exercices on a besoin des éducateurs plus expérimentés, éduqués, et créatifs eux-mêmes.

            Pour plus développer le système éducatif, il faut que on résoudre le désir pour éducation sérieux et le manque de structure dans l'année scolaire. Ce n'est pas à dire que c'est le seul problème ou que l'éducation est seulement une question des heures passées à l'école mais je me demande comment on peut obtenir une éducation solide si on passe seulement quatre heurs par jour à l'école et il prend deux mois au minimum pour l'année scolaire de commencer.  Même qu'il y avait des manques, le travail qu'ils font à Action Femme Enfant est tellement important parce qu'il ceux qui on besoin et qui sont oublié ou ignoré par le gouvernement et l'organisation utilise l'éducation pour promouvoir « les conditions de protection et de promotion économique et sociale » (site web, AFE) ; des valeurs qui sont essential pour le développement du quartier, même le pays.



26/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres